Continuer d’y croire

On était jeunes, naïfs et cons, on s’prenait pour la fin du monde
On jouait l’samedi pour la porte, pour la bière, pour des peanuts
On rêvait de plaines d’Abraham, de tournées dans notre caravane
Pas encore un poil au menton, on cultivait nos ambitions

On était poussés par le rêve de vivre de notre art
Comme un souffle à nos oreilles nous disant de continuer d’y croire
Poussés par le rêve de vivre de notre art
Comme un souffle à nos oreilles nous disant de continuer d’y croire

On s’entêtait en français, on les aurait les Anglais
La pile de factures grandissait et nos p’tits cœurs s’époumonaient
Y’a eu l’orage y’a eu la foudre, les détracteurs, les semeux de doutes
Des nuits entières les yeux ouverts à faire la guerre aux couplets

On était poussés par le rêve de vivre de notre art
Comme un souffle à nos oreilles nous disant de continuer d’y croire
Poussés par le rêve de vivre de notre art
Comme un souffle à nos oreilles nous disant de continuer d’y croire

On a jamais su faire autre chose, jamais voulu savoir autre chose
On rêvait de route et de rock’n’roll, jamais on l’oubliait

Les mots sont facile à écrire, la vie plus difficile à vivre
On a l’âge qu’on veut bien avoir,
les rêves auxquels on veut bien croire
Des soirs on croit qu’on change les
choses, des soirs on croit plus à grand-chose
Les chansons nous apprennent la vie, les chanter nous apprend à vivre

On était poussés par le rêve de vivre de notre art
Comme un souffle à nos oreilles nous disant de continuer d’y croire
Poussés par le rêve de vivre de notre art
Comme un souffle à nos oreilles nous disant de continuer d’y croire

Et je continue d’y croire, mon cœur est un coffre-fort d’espoir
La clé vous appartient, ce qui est derrière est à l’histoire
Le temps est mon allié, en lui, je dépose tout mon bon vouloir, ouais je...
Continue d’y croire... et je continue d’y croire...

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.