Je veillerai sur vous

Quand je serai cyniquement mort
Debout sur mon météore
À regarder le dessus de vos têtes
Au milieu de votre bal champêtre

Je n’attiserai de regrets
L’école de la vie, je l’aurai fait
Vous pourrez dormir en paix
La musique ne meurt jamais

Je soufflerai le vent de la chance
Dans vos bonheurs et vos silences
Écarterai les mauvaises ombres
Et les sans-âmes de vos p’tits mondes

Je serai les traces sous vos pas
Le réconfort dans vos tracas
Les larmes qui vous feront du bien
Quand elle se dessineront un chemin

Mais bien avant tout
Mes amours, je veillerai sur vous

Mon cœur n’est pas pays de guerre
C’en est un fier, un cœur de père
J’ai écrit toutes mes histoires
À la sueur de mon vouloir

Et plus je regarde en arrière
Et moins il m’en reste devant
Mais le temps finit toujours gagnant
Et donne toujours au suivant

Mais bien avant tout
Mes amours, je veillerai sur vous

Je serai l’encre sous vos doigts
La chanson au bout de vos voix
La folie dans votre conscience
Le hasard derrière votre chance

Mais bien avant tout
Mes amours, je veillerai sur vous

Mais bien avant tout
Mes amours, je veillerai sur vous

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.