Acapulco

Jʼai le deuil au ventre pis lʼempreinte dans lʼsang
Lʼallure dʼun colosse à la vue dʼun ouragan
Juste le goût de rien chus pogné dinsʼ quatre coins
Les feuilles y mʼtombent dans face, le vent y mʼfait la grimace

Oh oh oh, Acapulco
Ton rire comme un buffet chinois
Ton corps un all you can eat suʼl top de lʼHimalaya
Dans ma patate, jʼtraîne comme un blues
Y court, y chiâle tout le long dʼla rue
Oh oh oh, Acapulco

Jʼai beau m’péter la tête avec Mario
Brosser toute la nuitʼ avec la princesse de Monaco
Chanter Jésus avec Mimi pis Jojo
Vouloir me répandre de Moreau à Chapleau
Oh oh oh, Acapulco

Jʼai lʼcorps enflammé avec les veines qui débordent
Jʼpeux pas mʼcontenter, chus comme un fleuve endigué
Un jour tu vas rentrer à’ maison
Mais en attendant, cʼest donc ben long

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.