Journal de bars

Pour moi c’est l’night life, un peu plus j’dors dans une tombe
Le soleil se lève, pis j’ferme les stores quand y plombe
J’me réveille juste quand j’vois la lumière de la lune
Qui m’éclaire, elle m’aide à donner des ailes à ma plume
Moi, j’suis bien quand y’a pas d’lumière, qu’le monde dort
Un p’tit buzz de l’alcool, d’la bière que j’consomme
Une autre clope, j’griffonne un texte, c’est mon fun
Le bon son, s’comme d’l’oxygène en bonbonne
Quand j’sors, s’pour m’assoir dans un bar ou un club
J’prend le téléphone, pis j’call tous mes chums
Jusqu’au last call pour nous, c’est le fort et la bud
Quand j’pars, y’a un gars qui est en train de passer la moppe
La vie d’soir, c’est une drogue, on veut pas qu’le jour se lève
On veut oublier le passé qui colle à nos semelles
11 heures moins quart, j’pars au bar, parce que j’veux d’la bière
J’vais aller cause d’ma vie, au barman, qui m’connaît mieux qu’ma mère

I live by the night and escape the next day
Creepin’ to the bar, get out of my way
I read the newspaper and this is what it says
Just another night at the bar

Le ciel a mis son voile noir, le jour est mort
Pour faire revivre les remords des hommes qui courent les bars
Seul assis à l’arrière et mon verre est vide
J’ai bu c’qu’y me restait d’estime dans ma dernière Heineken
J’sors dehors, j’regarde le ciel et les étoiles dansent
J’ai l’impression qu’chacune, d’entre elles ,sait à quoi j’pense
Pourquoi j’mange peu, pourquoi qu’à chaque soir, j’me sens mieux
Pourquoi d’la vie des autres j’suis envieux
J’me sens vieux, anxieux, la bouche sèche, regard morbide
Ma tête est pleine et mon coeur est encore vide
Y’est presque deux heures, j’vois un ivrogne qui gueule
Ça m’donne peur d’avoir l’air de ça à force de sortir seul
J’ai toujours été comme ça, un peu indépendant
L’âme et les rêves d’un enfant, j’veux toujours faire des changements
Certains pensent que j’t’idéaliste, pis que j’vois gros
Moi j’pense que j’suis irréaliste, pis que j’bois trop
J’rêve de victoire, mais rien de neuf
Toujours la même histoire, j’vis de soir et j’ai jamais fini de boire
Un autre verre de fort, encore un autre pas vers le bord
J’vois la lumière qui sort, y va bientôt faire clair dehors
6h du mat’, j’rentre avant qu’le jour ressuscite
Pour m’coucher, en m’disant qu’j’toujours à court de réussite
J’pas une victime, j’te dirais que des malheurs j’en ai pas
Mais j’cours les bars, depuis qu’j’suis seul à mettre d’la chaleur dans mes draps

Entrez des paroles!

La Boîte aux paroles compte sur les utilisateurs comme vous pour enrichir sa banque de données! Si vous connaissez les paroles des chansons de la liste ci-dessous, ou de tout autre chanson interprétée par Koriass, faites-en profiter la communauté en les retranscrivant.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.