Tout à coup

Un abri Tempo,
de la neige sale
un sous zéro
pas d’oiseau
pas d’étoile

Une porte de métro
un vent sibérien
zéro moins vingt
facteur éolien

je me demande
ce qui retient
un homme en ville
qui n’est plus certain
d’aimer ce qu’il aime
d’être ce qu’il est
tout à coup

Une souffleuse, une pelle
un sac de sel
un escalier de béton
grugé par le gel

Je préfère une
tempête de neige
à une tempête de bombes
même à un clin d’oeil de cyclone

L’hiver blanchit
le fuseau horaire
du glacier sur lequel je vis
il faudra prévoir du secours
pour quand ça fondra
à tout jamais,
tout à coup

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.