L’aube

L’aube est encore loin de nous
Le soleil dort à poings fermés
Servons-nous encore du vin
Ne pensons pas à demain
Au travail où on me demandera
De faire passer un éléphant dans un petit trou
Qu’il m’épuise le temps sans toi

L’aube nous laisse encore le temps
Car ce n’est pas encore le jour
Chérie ne vois-tu rien venir
Nos corps veulent s’appartenir
Se retrouver tous deux côte à côte
C’est la nature ce n’est pas de notre faute
Qu’il m’épuise le temps sans toi

Serrons-nous encore plus fort
Battons-nous encore plus fort
Car le temps consomme tous les amoureux
Qu’il m’effrait le temps passé sans toi

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.