Fous n’importe où

Fous n’importe où

L’hiver encore tire à sa fin
Il coule dans les pores des souterrains.
Emporte avec lui frissons, jurons
Les longues nuits, les caleçons longs.
Nous nous collerons tous les deux
Désormais pour nos beaux yeux,
Nous nous trouverons une voiture,
Nous partirons à l’aventure…

Pour n’importe où je m’en fous
Tous les deux amoureux fous…
Tous les deux amoureux fous…

Nous ferons des aires de repos
Des oasis exceptionnelles.
Le soir venu nous coucherons
Seulement dans les plus beaux motels.
Pendant quelques heures, je conduirai
Jusqu’aux abords de mon sommeil
Puis je te refilerai le volant,
Chassant toutes les fourmis
Dans tes orteils…

Pour n’importe où je m’en fous
Tous les deux amoureux fous…
Tous les deux amoureux fous…

Et nous irons comme ça, sans but
Sinon celui d’avoir notre dû.
Cette liberté chèrement acquise
Qu’en échange de sa chemise.
Et je t’en prie passe au ralenti
Dans mon coeur et mes sentiments,
Sois toujours dans mon infini
Comme la lune l’est dans le firmament…

Pour n’importe où je m’en fous
Tous les deux amoureux fous…
Tous les deux amoureux fous…

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.