En ce monde

EN CE MONDE

La nuit est tombée
Voici le temps venu de parler
Je ne partirai plus
Je reste ici
Je reste ici

Toi mon amour, toi qui rêvais de t’envoler comme un ballon
Les vents sont bons, ils t’emporteront
La terre te sera le plus beau des jardins
Ne refuse pas, j’irai bien te rejoindre
Ne refuse pas, tu n’as rien à craindre

Je sais combien la peur en ce monde est une reine impitoyable
Et sous son voile tout est d’ombre et de silence
Je sais combien la peur peut toutefois propulser vers l’impossible
Et d’improbables beautés

La terre est un caillou qui joue dans l’eau et dans l’univers

Le soir quand le ciel est un bijou rutilant et ondulant
J’ai l’impression que je tomberai dans la voie lactée
Je m’agrippe au sol et à ma vie folle
Je ferme les yeux, je m’imagine heureux
Tout fin seul avec toi
Seul avec toi.

Je sais combien la peur en ce monde est une reine impitoyable
Et sous son voile tout est d’ombre et de silence
Je sais combien la peur peut toutefois propulser vers l’impossible
Et d’improbables beautés

Du fond de mon lit, j’écris des histoires d’amour compliquées
Moi, je vis seul dans une ville préférant le facile à la misère
J’ai peur de tout, de tout ce qui me prive, de tout ce qui me manque, de tout ce qui m’arrive, de tout ce qu’on invente, de tout et de rien,
À quelle heure le train?
À quelle heure mon bonheur?

Je sais combien la peur peut toutefois propulser vers l’impossible
Et d’improbables beautés.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.