Quand le soleil s’éteindra

Quand le soleil s’éteindra
(Alexandre Poulin / Alexandre Poulin)

Quand mille ans auront passé
Et que tout s’ra révolu
La roue aura tourné
Pour nous ramener au début

Quand les chercheurs auront découvert
Où l’infini finit enfin
Qu’derrière des millions d’univers
Y a d’la lumière et puis la fin

Quand pour voyager dans l’espace
Ce s’ra simple comme prendre l’autobus
Qu’on pourra même avoir sa passe
En échange d’un code-barres sur la nuque

Quand on choisira nos enfants
Avant même qu’ils sortent de l’usine
Qu’ils nous arriveront déjà grands
Obéissants comme des machines

Y aura sans doute des caravanes
Remplies d’gitans pis d’bohémiens
Où les enfants naissent du corps de femmes
Comme dans les mythes des temps anciens

Quand mille ans auront passé
Et mille ans de plus encore
Que la roue aura tant tourné
Qu’on en s’ra rendus au rebord
Et mille ans encore

Quand l’dernier grand mystère n’s’ra plus
Qu’on en aura poussé la porte
Pour trouver Dieu à moitié nu
Assis derrière son Macintosh

Adam aura croqué l’Apple
Supprimé Ève de ses contacts
Mais se cachera derrière sa bonne
Craignant d’joindre la parole aux actes

Quand nos tuniques d’humains modernes
Changeront de couleur aux émotions
Qu’nos cœurs s’ront vides comme des cavernes
Remplis de tuyaux faits en téflon

On creusera des trous dans l’soleil
Pour en retirer sa chaleur
Parce que le froid est sans pareil
Quand t’as du métal dans le cœur

Quand mille ans auront passé
Mille ans de plus et mille encore
Que la roue aura tant tourné
Qu’elle repartira sur l’autre bord

Quand on aura poussé notre luck
Tellement qu’le soleil s’éteindra
On pensera que la fin est toute proche
Pourtant, c’est là qu’ça commencera
Que tout commencera

Y f’ra sombre pour un certain temps
Ce sera l’époque de la grande peur
Mais c’est dans ce noir le plus grand
Qu’apparaîtront deux lueurs

Elles nous rappelleront nos ancêtres
Et les erreurs qu’ils ont commises
Deux lunes viendront tout juste de naître
Éclairant mieux que des églises

Puis, on comprendra rapidement
Qu’y a quelque chose d’autre de changé
Que toutes nos montres pis nos cadrans
À la même heure se sont figés

Ce sera trop beau pour être réel
Mais ce sera vrai pourtant
En n’faisant plus l’tour du soleil
On aura fait stopper… le temps

Quand mille ans s’ront écoulés
Et qu’on s’ra toujours vivants
On comprendra que notre passé
Nous aura juste rendus plus grands

Et qu’en frôlant la catastrophe
On suivait juste le chemin
Du bonheur ou de c’qui s’en approche
De l’apogée du genre humain
Du genre humain

Entrez des paroles!

La Boîte aux paroles compte sur les utilisateurs comme vous pour enrichir sa banque de données! Si vous connaissez les paroles des chansons de la liste ci-dessous, ou de tout autre chanson interprétée par Alexandre Poulin, faites-en profiter la communauté en les retranscrivant.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.