Quand Rose va chez son fils

Quand Rose va chez son fils
Elle apporte avec elle
Un bouquet de muguet
Une branche de lilas
Elle apporte de l’encens
Pour parfumer le vent
Quand Rose va chez son fils Jean

Quand Rose va chez son fils
Elle lui parle de son pays
Elle entend les soldats
Piétiner le jardin
Et les pleurs de son chien
Demeuré attaché
Devant la maison désertée

Fille et femme d’immigrants
De Belgrade à Paris
Du Maroc au Liban
De visa en visa
Rose va

Elle s’affaire à la vie
Dans son humble royaume
Où règnent les icônes
Dans l’odeur des bougies
Rose prie

Quand Rose va chez son fils
Elle invente des nouvelles
Des lettres de Iasi
Ou de Constanza
Elle raconte la naissance
Ou la mort d’un parent
Quand Rose va chez son fils Jean

Fille et femme d’immigrants
Rose a toujours rêvé
D’une maison pour de bon
D’une pause, d’une trêve Rose rêve

Tout c’qu’elle a à ce jour
C’est un lopin de terre
Dans un grand cimetière
Pour son fils endormi
Rose prie

Quand Rose va chez son fils
Elle arrose les fleurs
Elle chante, elle pleure
À chaque fois elle y meurt
Elle apporte de l’encens
Elle parfume le vent
Pour son fils Jean
Mort à vingt ans

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.