Montréal

C’pas facile d’être amoureux à Montréal
Le ciel est bas, la terre est grise, le fleuve est sale
Le Mont-Royal est mal à l’aise, y’a l’air de trop
Westmount le tient serré dans un étau

Y’a des quartiers où le monde veille sur le perron
Y’a un bonhomme qui en a fait une belle chanson
Dans ces bouts-là les jeunes se tiennent au fond des cours
Y prennent un coke, y prennent une bière, y font l’amour

Où chus né y avait un arbre tous les vingt pieds
Ça fait vingt ans depuis c’temps-là y’es zont coupés
Ma première blonde j’l’ai rencontrée dans un hangar
On jouait à guerre, elle était espionne, moi j’étais mort

Assis su’é marches de l’escalier du restaurant
J’ai dépensé une bonne partie de mes quinze ans
Avec mon chum Ti-Gilles, avec le grand Paquette
On agaçait les filles pis on s’appelait tapettes

Quand j’tais jeune j’ai eu de la peine, j’ai ben braillé
J’ai cru mourir quand ma Mireille a m’a laissé
A m’avait dit qu’un jour peut-être a m’appellerait
Quand ses parents seraient partis pour le chalet

Pis c’t’arrivé, y fallait ben qu’un jour ça vienne
Un soir de pluie, au coin d’Beaubien pis d’la neuvième
Des fois j’y r’pense, je r’vois la fille pis là j’me dis
C’était sans doute le plus beau jour de toute ma vie

Aujourd’hui à Montréal chus en amour
J’t’aime comme un fou pis j’vas t’aimer, t’aimer toujours
J’te conte tout ça, écoute-moi ben pendant qu’ça m’pogne
Assis au pied des arbres du Bois-de-Boulogne

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.