L’office du prime

C’t’encore un autre de ces matins
On s’lève encore pour rien
Toujours une autre de ces journées
Étouffé par nos pensées, ça vaut pu la peine de respirer

J’entends mon cadran en l’frappant
Il me répond mais j’attend rien de toute façon
Au 12e étage, debout sur l’horizon
Au moins six pieds sous terre, j’serai rendu loin de mon balcon

Quand j’ouvre la porte pour affronter la vie
J’entends cette voix qui me retient et puis me crit:

C’t’encore un autre de ces matins
On s’lève encore pour rien
Toujours une autre de ces journées
Étouffé par nos pensées, ça vaut pu la peine de respirer

On m’a dit fonce, on m’a dit réalise-le ton rêve
De tout coeur j’ai essayer pis la vie m’a abandonné
Maintenant à deux, ça s’voit dans nos yeux, une lueur d’espoir, sueur de désespoir 
L’énergie nous pompe dans l’coeur, mais jamais à la bonne heure

Mais quand j’ouvre la porte pour affronter la Terre
J’entends cet air qui me fait vivre à l’envers

C’t’encore un autre de ces matins
On s’lève encore pour rien
Toujours une autre de ces journées
Étouffé par nos pensées, ça vaut pu la peine de respirer

You snooze you lose, i know
But I’m choosing to let go
Cette expression dans le noir
Cette conclusion du désespoir

C’t’encore un autre de ces matins
On s’lève encore pour rien
Toujours une autre de ces journées
Étouffé par nos pensées, ça vaut pu la peine de respirer

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.