Ébats

Plus rien ne sert d’arroser le joli bouquet de fleurs des champs
La pluie les a fait boire autant que nous deux hier soir

Je t’aime maladroitement
Tu m’aimes maladroitement
Mais tant que tu m’embrasses comme dans les films d’auteur
Et tant que nos ébats débordent de chaleur
Mon beau cheval de course, toute entière je me donne à ton cœur

Nus sur la peau de loup, tu nous fais un feu, je t’invite à mon cou
La lampe à l’huile embrasse le tapis, les draperies et nos corps brûlent

Je t’aime maladroitement
Tu m’aimes maladroitement
Mais tant que tu me souffles à l’oreille qu’encore et toujours
Mes genoux flancheront d’amour pour toi
Mon beau cheval de course, toute entière je me donne à ton cœur

Je t’aime maladroitement
Tu m’aimes maladroitement
Je m’enlace à ta crinière, transporte-moi vers les sous-bois des candeurs
Mon beau cheval de course, toute entière je me donne à ton cœur

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.