Détours

Effacer les repères façonnés par nos corps
Brûler les étapes une à une sans remords
Je ne décide plus rien de moi

Emplie par la beauté de tes mains sur moi
Pourquoi mes instincts n’empruntent jamais de chemins droits
Je ne maîtrise plus rien de moi

Et si ma sève était entièrement vouée à la romance
Les détours de mes amours dans le vide toujours me lancent

Tant de bien déposé par ton être sur moi
Mes rives creuses s’assainissent sous mes pas
Pour ne plus détruire rien de moi

Et si c’était ça
Si je n’avais plus à douter
Ancrer mon cœur et le repeindre de sa naïveté
Pour que toujours tes lèvres me ramènent
À ce doux vertige