Immortelles

Vous avez nom que je voudrais pour ma maîtresse
Vous avez nom que les amours devraient connaître
Mais ils vivront ce que vivent les roses
L´espace d´un, vous savez quoi
Ne s´appelleront jamais immortelles
Ne seront jamais qu´un feu de joie

Mais vous ne saurez jamais le soir d´une vieillesse
Où vieil amour sur vieil amour, las, on se berce
Le cœur usé mais plus tendre qu´avant
Fragile à l´œil, sensible au vent
Sachant la vie sur son dernier printemps
Pauvres immortelles

Et le plus se tresse ma chanson, le plus je pense
Que ce qui meurt a plus de poids et d´importance
J´amoure la vie, ma mie, à ma façon
J´aime l´amour et le printemps
Comme je voudrais, ce soir, que ma chanson
S´achève et meure tout doucement

Mais vous avez nom que je voudrais pour ma maîtresse...

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.