Les chats, les chiens, les serpents et les crapauds

Les chats, les chiens, les serpents et les crapauds!

Quatre serpents un beau matin
Discutaient sous une ombrelle
Lorsque Frédéric Petitpin
Prit son violoncelle
Ils discutaient sans se gêner
N’arrêtaient pas de s’engueuler
Et de se marcher sur les pieds
Ce n’était pas chouette à écouter

Les chats, les chiens, les serpents et les crapauds!

Le vieux serpent dit au plus jeune:
«Tu as la queue toute tordue
Et en plus elle est crochue
Y manquerait plus qu’elle soit poilue!»
«C’est pas bien de parler comme ça!
Ça fait de la peine, c’est maladroit
Tu te prends pour qui, pour un cobra?
Moi, j’aime pas ça, non, j’aime pas ça!»

Le troisième dit: «Les mots font mal
Des mots comme ça, on les ravale
On les regrette, on les remballe
C’est très vilain, un vrai scandale!»

Le quatrième prend la parole:
«Vous avez l’air de trois vieilles folles
Prélassez-vous sous votre ombrelle
Et écoutez le violoncelle»

Les chats, les chiens, les serpents et les crapauds!

Les quatre serpents s’engueulaient
Quand Frédéric prit son archet
Ce fut comme des cris de corneille
Tout le monde se boucha les oreilles
Moi, j’ai tout vu, tout entendu
Et voici ce que j’ai conclu:
Ces quatre serpents, l’eus-tu cru?
Sont de vilains hurluberlus

Oh, je veux
Oui, je veux
Oui, je vais y arriver
Vous savez bien que rien ne peut
Me décourager

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.