La clé des champs

Travailler comme un chien toute ta vie durant
La fonderie, la coulée, les poussières d’années
Envolées à coup d’usure, d’eau de vie dure
Vieille école, huile de bras, le pain noir avant le blanc
Fin de semaine, plutôt terne, pas un jour plus haut que l’autre
Tu n’as même jamais pris le temps de faire semblant
Jamais de merci facile, tout se mérite dans la vie
Tu disais aussi que la pluie nettoie les menteries
De ceux qui n’ont jamais eu le courage
De gagner leur vie

Routinier de métier travaillant jusqu’au sang
Capitaine à ton bord au diable les routards
Les nouvelles sont moins bonnes aujourd’hui qu’avant
Qu’avant
Que tu te réveilles dépassé par le temps
Que les enfants s’ambitionnent et prennent la clé des champs
Demain tout recommence ground zero commandant
Il n’est jamais trop tard pour s’offrir une tournée de bon temps

Je sais je n’ai pas appelé assez souvent
Ni avant de débarquer un soir de semaine, ridé
J’avais seulement envie de t’entendre me raconter
Que dans ton temps le ciel était plus bleu qu’aujourd’hui
Que le bonhomme 7 heures faisait sa ronde à minuit
Que tout le monde se tenait pour le meilleur, pour le pire

Routinier de métier travaillant jusqu’au sang
Capitaine à ton bord au diable les routards
Les nouvelles sont moins bonnes aujourd’hui qu’avant
Qu’avant
Que tu te réveilles dépassé par le temps
Que les enfants s’ambitionnent et prennent la clé des champs
Demain tout recommence ground zero commandant
Yé jamais trop tard pour s’offrir une tournée de bon temps

Pense à toi pas au passé le ciel clément
Le bonheur donnant donnant
Ta vie ce n’est pas juste une boîte à souvenirs
Fais-toi plaisir offre-toi ce que tu mérites de vivre

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.