Le bonheur au large

C’est comme si j’débarquais d’un sarcophage
Comme si je sentais la peur de m’essouffler avant d’arriver au bout de la file
C’est peut-être l’odeur de smog dans mes narines
La peur du quotidien d’être personne au bout de la ligne

J’ai peur de rester pris au fond de ma cage
De m’contenter des miettes de malappris d’attendre mon tour devant le vide
J’suis peut-être parano exhibitionniste
Ou pas assez hypocrite trop lucide trop fataliste

Mais j’y crois encore peut-être un peu moins fort mais un peu encore
Je garde l’oeil sur l’image j’me tranquillise l’orage
Y’a du bonheur au large

J’ai peut-être peur d’être trop générique
Ou peut-être seulement peur de m’étouffer avant de crier à l’injustice
De décevoir de goûter au précipice
D’insonoriser mes idées de découpler

Caché derrière un silence archaïque
Devant la névrose intraveineuse qui m’attend si j’reste immobile
Devant l’absolution d’la réclusion
J’me lève plus fort et serein qu’incertain

Mais j’y crois encore peut-être un peu moins fort mais un peu encore
Je garde l’oeil sur l’image j’me tranquillise l’orage
Et y’a du bonheur au large

Peut-être un peu moins fort
Mais un peu moins éparpillé
Le soleil se lève un peu moins tard
Le bonheur semble immaculé

Mais j’y crois encore peut-être un peu moins fort mais un peu encore
Je garde l’oeil sur l’image j’me tranquillise l’orage
Et y’a du bonheur au large

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.