Les mots de la femme à genoux

Un sourire d’enfant sur un visage d’homme
Un désir suffocant, sur la peau de personne
Le baiser d’un souffle, plein de sincérité
Le déjà-vu d’un rêve, d’une saveur oubliée

L’écorce tombée d’un arbre, vulnérabilité
La douceur d’une fable, d’une plume affilée
Le bonheur illégal d’un tout premier baiser
La confusion palpable d’une dernière gorgée

À coup de galères et de surenchères
Ou simplement à coup de contes de fée
Tout l’monde un jour a sacrifié une partie de lui pour s’exaucer

Et puis après, que la vie reste la vie
Et l’inconnu, incompris
Enfouie au milieu des pleurs de ceux qui la prennent pour acquis
Que tous les trésors ensevelis, demeurent et ne soient jamais pris
Même dans les yeux d’un fou, même dans les mots de la femme à genoux

Que toutes les lumières sous les abat-jour
Que tous les mystères au creux des jours
Continuent de se faire la cour, continuent de se faire l’amour
Que tous les naufrages trouvent un rivage, que tous les déserts trouvent un geyser
Que tous les mystères demeurent mystères
Enfouis au milieu des millénaires

Et puis après, que la vie reste la vie
Et l’inconnu, incompris
Enfouie au milieu des pleurs de ceux qui la prennent pour acquis
Que tous les trésors ensevelis, demeurent et ne soient jamais pris
Même dans les yeux d’un fou, même dans les mots de la femme à genoux

Entrez des paroles!

La Boîte aux paroles compte sur les utilisateurs comme vous pour enrichir sa banque de données! Si vous connaissez les paroles des chansons de la liste ci-dessous, ou de tout autre chanson interprétée par Marie-Luce Béland, faites-en profiter la communauté en les retranscrivant.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.