Pigeons voyageurs

Si on roulait toute la nuit on aboutirait à Toronto
Mais en solo y me semble qu’au plafond de l’auto y ferait moins beau
J’nous imagine à la merci à l’abri sans trop savoir de qui
Sans rien prévoir juste un nulle part ou un morceau d’interdit

Je l’sais je sais pas ton nom ni ton genre de vie ton genre de films
Non plus si tu crois encore au Messie ou juste aux vinyles
C’est juste que je sais pas comme ça j’prendrais la vie du bon coup d’dé
Connaître rien du début rien de l’arrivée

Juste de penser à rien comme deux poussières qui tombent dans l’vide
Et qui sait quand le matin viendra nous prendre au bout du fil
Juste comme un couple de pigeons voyageurs émerites jusque dans leurs tripes
Qui s’paient le temps d’une fuite un trip d’égoïstes

Si jamais l’instinct nous prenait on pourrait s’étendre entre deux lignes blanche
Cogiter en silence dans la moiteur d’un désir lucide
On pourrait s’faire Bonnie and Clyde
S’tirer dans les pupilles à grands coups de vices
Où encore disparaître jusqu’au pays où s’émerveille Alice

Juste de penser à rien comme deux poussières qui tombent dans l’vide
Et qui sait quand le matin viendra nous prendre au bout du fil
Juste comme un couple de pigeons voyageurs émerites jusque dans leurs tripes
Qui s’paient le temps d’une fuite un trip d’égoïstes

Rouler pour rien jusqu’au bout jusqu’au fond du précipice
Sans faire semblant sans s’porter préjudice
Couler lentement jusqu’à toucher des doigts le fond de l’abysse
Défaire le temps changer de disque

Juste de penser à rien comme deux poussières qui tombent dans l’vide
Et qui sait quand le matin viendra nous prendre au bout du fil
Juste comme un couple de pigeons voyageurs émerites jusque dans leurs tripes
Qui s’paient le temps d’une fuite un trip d’égoïstes

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.