Bal du vieillard

Tranquillement j’y pense et tranquillement j’commence
À aimer qui j’suis, à dormir la nuit
J’sais pas j’ai moins l’goût, comme avant d’partir
Comme ça sur un coup d’tête, sans trop réfléchir

J’ris souvent tout seul et je ris en joual
Ça l’air que j’vieillis, paraît que c’est normal
L’heure est au bonheur et m’inspire la candeur
J’ai l’sourire facile, la quiétude au cœur

Je fais ma vie de jeunesse, j’veux rien savoir d’la vie d’vieillesse
Et pis tant pis pour le drame, j’veux m’amuser, ça me nourrit l’âme
J’veux jamais qu’la lumière s’éteigne au fond d’mon p’tit bonheur
Dans mon décor tout est calme, j’veux m’amuser j’veux rien de banal

Hey toi, l’homme festif, dis-moi c’est où la fête
À la claire fontaine où la jouvence est maître
J’me sens amoureux, comme si j’avais des ailes
Même sans rajeunir mon âme demeure zen

Pour ce qui me reste à vivre, j’veux r’garder en avant
Où tout est de givre, où tout devient grand
Le bal du vieillard n’existe pas vraiment
La sagesse prend forme, sous l’regard du temps

Je fais ma vie de jeunesse, j’veux rien savoir d’la vie d’vieillesse
Et pis tant pis pour le drame, j’veux m’amuser ça me nourrit l’âme
J’veux jamais qu’la lumière s’éteigne au fond d’mon p’tit bonheur
Dans mon décor tout est calme, j’veux m’amuser j’veux rien de banal

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.