Hiver 87

Montréal sous la neige
En prend tout plein les yeux
Aveuglé comment dirais-je
Du pare-brise aux essieux.

D’emprise en sacrilège
C’est presque du vaudou
Une tempête l’assiège
Et la change en igloo

Prostré à ma fenêtre
La nuit récidive
Je suis sans le sou et ma tête
Est un jardin d’ogives

J’ai pour économie
Dans l’armoire à balai
Des bouteilles vides, soit le prix
Du pain, son beurre et du lait

Pas un seul coup de fil
Pas une cigarette
Et internet n’est pas utile
En 87

De mon troisième Étage
Pour seule vue acquise
Une plongée sur l’âge
De ma vie bien oisive

Mais demain ça changera
Je ferai de l’amour et de l’or
Ne laissant bien peu le choix
À ma vie d’homme d’éclore

Pas un seul coup de fil
Pas une cigarette
Et internet n’est pas utile
En 87
Pas un seul coup de fil
Pas une cigarette
Et internet n’est pas utile
En 1987

Quand le ce soir crée de la nuit
Et cette nuit du matin
Je me vois assoupi
Le temps d’écrire soudain

Le cœur dans la gelée
Mon cou endolori
Le soleil se lève À côté
Moi, À côté de ma vie

Pas un seul coup de fil
Pas une cigarette
Et internet n’est pas utile
En 1987
87
87

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.